mercredi 11 mars 2009

Le blog du mois: voyage sur le fil d'archal


Mea Culpa! Après avoir en début d'année, promis à nouveau, la reprise de ma chronique mensuelle mettant en valeur un blog, j'ai failli à ma tâche. La littérature est une passion dévorante et je dois dire qu'elle n'est pas mon unique centre d'intérêt. De plus, peu de blogs avaient su retenir mon attention depuis quelques mois. C'est pour cela que désormais, je pense me tenir à une chronique trimestrielle.

Je reviens ici pour évoquer un blog littéraire tout frais puisqu'il a vu le jour il y a tout juste deux mois(le 11 janvier 2009). Cependant, Hécate, entretient une passion pour la littérature depuis bien plus longtemps. Pourquoi son fil d'archal s'est-il déployé si tardivement sur le web? Plutôt débutante en informatique, elle a franchi le pas sur la pointe des pieds. Grand bien lui a finalement pris puisque son blog propose une approche pénétrante de l'univers de figures littéraires méconnues, comme Iwan Gilkin, ou plus connues, comme Baudelaire ou Lautréamont.

"C’est un passage de frontières, un échange d’identité, un monde de
transgressions. Maldoror naîtra de toutes ces violences voluptueuses
et charnelles, des brutalités de la rue, de la splendeur des couchers de soleil, de l’odeur du sang, de la sueur, de l’ivresse de ces fêtes où il se masque et devient un autre, mêlé à une foule qui ne se connaît plus.
Toutes ses lectures tourbillonnent dans son cerveau en fièvre et deviennent un monstrueux maelström de mots, d’images, de personnages."


Pour aborder une oeuvre, rien de tel que s'imprégner de sa personnalité. Si vous découvrez ce billet, ne soyez pas surpris si le lendemain, l'envie vous prend de plonger dans Les chants de Maldoror.

Hécate nous propose aussi des visions précieuses d'oeuvres, souvent sulfureuses.
Quand transgression rime avec qualité littéraire, on se retrouve devant une bien belle sélection. En guise de plat de résistance, Hécate nous sert Robert Alexis, l'un des auteurs fétiches, qu'elle a lu et relu, pour profiter de sa substantifique moelle.

Vertige des tréfonds de la personnalité de l'homme..De La Robe à Les figures, en passant par La Véranda, sous sa plume, le mystère et la poésie intemporelle de l'auteur transparaissent comme jamais.

Les jeunes auteurs ne sont pas oubliés. Finalement, des figures d'Alexis à Une éducation libertine(prix Goncourt du premier roman) de Jean-Baptiste Del Amo, il n'y a qu'un pas. Par le biais d'allusions savamment distillées ou de citations choisies avec beaucoup d'à-propos, Hécate tend des fils subtils entre les auteurs illustrant à merveille le jeu de miroirs réfléchissants que représente la littérature et ses auteurs. A la lecture de son billet fourmillant de détails, vos sens seront en alerte comme jamais.

Quelques autres surprises de choix vous attendent sur le fil. Le feu sacré de Fernando Vallejo ou Des amants de Daniel Arsand. Je vous laisse le soin de les découvrir par vous-même.

2 commentaires:

Hécate a dit…

Cher Edwood quelle surprise en venant sur "La Taverne Du Doge Loredan", d'y découvrir l'éloge du "Fil d'Archal" !
Je n'en demeure pas moins bien modeste, quoique très émue. Merci du fond du coeur.
Hécate

edwood a dit…

Chère Hécate, tout le plaisir est pour moi. J'aime parler des autres blogs qui parlent aussi bien de la littérature. N'hésitez pas d'ailleurs à m'envoyer des liens si vous tombez sur quelque chose qui vous a conquise de votre côté.